Les prioritĂ©s d’Yves Pagès

Au delĂ  des positions de François Bayrou et du Mouvement dĂ©mocrate (voir par ailleurs), Yves Pagès souhaite insister sur un certain nombre de points clĂ©s pour le dĂ©veloppement de l’agglomĂ©ration

RENFORCER LA MARINE ET DCN Ă  BREST

Si je suis élu député, je siégerai à la commission de la défense nationale, car c’est l’enjeu majeur pour la poursuite du développement de notre agglomération.

Je voterai les crédits de la 2ème tranche de construction des frégates multimissions (FREMM) car 8 à 10 d’entre elles devraient être ensuite basées au port de Brest. Si je suis aussi pour la construction d’un 2ème porte-avion, celui-ci ne doit pas se faire au détriment des frégates multimissions.

Mais il faudra aussi rendre effective la dĂ©cision d’Alain Richard, ancien ministre de la dĂ©fense, de baser Ă  Brest les six futurs sous-marins nuclĂ©aires d’attaque (SNA) Barracuda.

En fait, le budget de la défense qui ne peut plus augmenter, doit plutôt être réorienté, redéployé vers les forces navales qui apparaissent sous dotées par rapport à l’armée de l’air.

Par ailleurs DCNS doit pouvoir continuer à assurer l’armement des grands bâtiments et être partenaire d’une filière de déconstruction à développer ici.

DONNER A L’HOPITAL LES MOYENS DE SES MISSIONS

En tant que médecin et administrateur de l’hôpital de Brest, je serai vigilant pour que l’on maintienne des moyens décents au C.H.U.. Nous sommes devant ce paradoxe d’un hôpital bien géré qui ne s’endette pas et qui pour cette seule raison se trouve bien mois doté que d’autres établissements dépensiers et endettés.

Elu, je veillerai à ce que l’hôpital de Brest soit aidé au même niveau que les autres centres hospitaliers pour que le personnes puissent bénéficier d’un paiement de leurs heures supplémentaires (130.000 heures en attente).

Et ce n’est certainement pas à l’hôpital que doit s’appliquer le remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite.

Par contre, comme propose François BAYROU, je soutiendrai une régionalisation du système de soins, pour laquelle la pointe de Bretagne a tout à gagner.En effet nos cotisations financeraient alors uniquement les dépenses des malades bretons et ne serviraient plus à combler les déficits des régions surmédicalisées du sud de la France.

ASSURER LE DESENCLAVEMENT DE L’AGGLOMERATION POUR DEVELOPPER L’EMPLOI

Brest doit d’abord être relié plus rapidement à Paris par un vrai T.G.V., comme les autres grandes métropoles Françaises qui ont vu leur développement économique se transfor- mer avec l’arrivée de la grande vitesse. Or, on ne peut que regretter que l’on ait opté simplement pour la technique pendulaire en raison des économies substantielles qu’elle permet sur le réseau ferré, qui serait ainsi moins remanié.

L’éloignement est pourtant bien la première difficultĂ© Ă  surmonter pour faire venir plus d’entreprises et qu’ainsi nos jeunes puissent rester travailler au pays. Pourquoi s’être privĂ© de la technologie la plus rapide ?

Il faut aussi un vrai périphérique routier à Brest, seule grande ville de France à ne pas en disposer. Enfin, l’amélioration des transports urbains dans une optique écologique peut très bien s’envisager avec la mise en place d’un Trolley Bus moderne qui coûterait 5 fois moins cher qu’un tram.

REDEPLOYER ET REDYNAMISER LES POLITIQUES PORTUAIRES

A Brest il y a du bon et du moins bon. Si nous sommes leader Français en réparation navale civile, nous avons aussi une passerelle RO.RO qui rouille près du polder depuis plus de 10 ans et le tonnage portuaire est particulièrement faible.

Nous avons pourtant un linéaire de quai suffisant et une zone portuaire suffisamment vaste pour développer des activités liées en particulier au trafic des conteneurs et au ferroutage, qu’ont su faire naître des ports n’ayant pas plus d’atouts que nous.

RENFORCER LES MOYENS DE LA RECHERCHE ET GARANTIR CEUX DE L’ENSEIGNEMENT

Comme François BAYOU l’a proposé, je voterai l’accroissement des moyens de la recherche, si indispensable, avec le technopole, au développement de notre agglomération.

Je m’opposerai Ă  toute coupe sombre dans les budgets de l’éducation nationale. La formation c’est l’emploi de demain.

En ce sens, je salue la volonté du nouveau chef de l’état de doubler les places en I.U.T. et licences professionnelles, de ramener les classes à 15 élèves dans les ZEP et de créer une allocation de formation de 300 Euros.

UNE POLITIQUE D’EPANOUISSEMENT POUR LES JEUNES

En offrant aux jeunes la possibilité d’effectuer un service civique de 6 mois, ils pourront s’investir dans le social ou l’humanitaire. Il faut mettre en garde les jeunes contre les toxique qui créent la dépendance et annihilent la liberté. Il faut leur faciliter l’accès aux activités sportives et associatives et leur ouvrir toutes les formes de culture.

La culture est Ă  la fois transmission et rupture, c’est un facteur d’épanouissement et d’enrichissement de l’individu qui doit Ă©chapper aux règles habituelles du marchĂ© ; consacrer la singularitĂ© de l’intermittence du spectacle par un rĂ©gime Ă©quitable et durable y contribuera comme la ratification de la charte EuropĂ©enne des langues rĂ©gionales.


10 commentaires
Infos
Sites ŕ visiter


Accčs ŕ l'Espace privé
Copyright © 2007 Yves Pagčs - SPIP - statistiques gérées par