De la CUB à Brest Métropole Océane...
Tribune de la majorité municipale publiée dans le Plouzané Magazine de décembre 2004

C’est le premier janvier 1974 que la CommunautĂ© Urbaine de Brest, fruit de la volontĂ© de Georges Lombard, alors Maire de Brest, et des sept maires des communes pĂ©riphĂ©riques, voyait le jour. Elle devenait ainsi la 9Ăšme CommunautĂ© Urbaine de France et intĂ©grait le cercle trĂšs fermĂ© des premiĂšres structures intercommunales.

Sa crĂ©ation rĂ©pondait Ă  un rĂ©el besoin au sein de l’agglomĂ©ration brestoise, alors en dĂ©veloppement rapide. A PlouzanĂ©, cette pĂ©riode, au dĂ©but des annĂ©es 70, correspond au dĂ©but de la phase de constructions massives. Cette Ă©volution se traduisait dans notre commune comme dans l’ensemble de l’agglomĂ©ration, par de nouveaux besoins d’infrastructures (voirie, eau, assainissement), d’espaces pour implanter des logements et des activitĂ©s Ă©conomiques, et par des attentes de services de plus en plus lourds Ă  gĂ©rer (transports collectifs, collectes et traitements des ordures mĂ©nagĂšres...). La crĂ©ation de la CUB a permis de rĂ©pondre Ă  ces enjeux majeurs pour une agglomĂ©ration en dĂ©veloppement, et a permis des amĂ©nagements trĂšs importants pour les huit communes : zone commerciales, technopĂŽle, ZAC, opĂ©rations d’amĂ©nagements urbains...

La Communauté a ainsi permis de traverser, au cours des années 70, 80 et 90, des conjonctures plus ou moins favorables, en garantissant un bon équilibre des compétences entre communes et intercommunalité.

Mais le dernier transfert de compĂ©tences, intervenu en 2000, a changĂ© la nature mĂȘme des relations qui nous unissent. Passe encore pour le transfert Ă  la CUB du rĂ©seau d’Ă©clairage public. On peut discuter de la pertinence du transfert des "grands Ă©quipements d’agglomĂ©ration" (Quartz, Penfeld, centres nautiques, piscines, la Recouvrance...), notamment parce que ces transferts ont permis de soulager le budget de Brest, au risque d’asphyxier celui de la CUB, et que, depuis 2001, aucun "grand Ă©quipement" n’a Ă©tĂ© construit en dehors de Brest mĂȘme !

Mais, lĂ  oĂč les limites ont Ă©tĂ© franchies, c’est avec le transfert des services des Espaces Verts des huit communes vers la CUB. Une intercommunalitĂ© a pour objectif de permettre de faire ensemble ce que chacun ne peut pas faire aussi bien seul. Or, s’il est une compĂ©tence qui relĂšve de la proximitĂ© et ne demande pas forcĂ©ment des moyens extraordinaires, c’est bien les espaces verts. Depuis 2001, bien qu’officiellement transfĂ©rĂ©e Ă  la CUB, cette compĂ©tence Ă©tait toujours assurĂ©e par les communes pour le compte de celle-ci. A partir du 1er janvier 2005, elle sera gĂ©rĂ©e directement par la CUB, conformĂ©ment Ă  la volontĂ© de François Cuillandre et contre la volontĂ© de la majoritĂ© des maires des communes pĂ©riphĂ©riques.

C’est une dĂ©rive grave de l’esprit communautaire ; dĂ©rive d’autant plus prĂ©occupante que le rĂ©cent changement d’identitĂ© de la CUB, en mettant en avant Brest et en faisant disparaĂźtre le terme mĂȘme de ‘communautĂ©’ consomme une rupture avec l’esprit de consensus et de respect mutuel qui animait les fondateurs.

Alors, bon anniversaire la CUB, longue vie Ă  Brest MĂ©tropole OcĂ©ane. Formons le voeux que les prochaines annĂ©es soient riches et fĂ©condes pour notre agglomĂ©ration, et que dans une volontĂ© de partenariat, son dĂ©veloppement soit partagĂ© et Ă©quilibrĂ©. Formons le voeu que la grande ville n’annexe pas les petites et que dans trente ans, huit maires soient rĂ©unis pour fĂȘter ensemble un nouvel anniversaire.


1 commentaire
Infos
Sites à visiter


Accès à l'Espace privé
Copyright © 2007 Yves Pagès - SPIP - statistiques gérées par