Les impots de la rentrée
Tribune de la majorité municipale publiée dans le Plouzané Magazine de septembre 2005

La rentr√©e a peine pass√©e, et d√©j√† se profile l’automne, avec ses r√©jouissances habituelles : si ce n’est d√©j√† fait, vous allez recevoir d’ici quelques jours vos notifications de taxe d’habitation, et si vous √™tre propri√©taires, de taxes fonci√®res. Et les surprises, de ce cot√© l√†, risquent de ne pas √™tre tr√®s bonnes.

En effet, les parts r√©gionales, d√©partementales et communautaires de ces taxes accusent des flamb√©es inqui√©tantes. Les majorit√© socialistes des conseils g√©n√©raux et r√©gionaux s’abritent derri√®re la d√©centralisation, pr√©tendant que l’Etat transfert aux collectivit√©s locales des comp√©tences, sans leur transf√©rer les moyens correspondants. L’accusation est facile, mais la plupart des comp√©tences transf√©r√©es ne p√®seront sur les budget qu’√† partir de 2006, et ne peuvent donc justifier une augmentation des recettes 2005. Et l’Alsace, seule r√©gion de France continentale √† ne pas √™tre dirig√©e par une majorit√© socialiste, n’augmente que tr√®s modestement sa fiscalit√© cette ann√©e. Pourtant, elle aussi est soumise aux nouvelles r√®gles de la d√©centralisation...

Ces augmentations, dans les seules collectivit√©s dirig√©es par la gauche, ne correspondent donc pas √† des comp√©tences mal transf√©r√©es par l’Etat, mais √† une augmentation d’un certain nombres de d√©penses, correspondant √† la mise en oeuvre de programmes tr√®s co√Ľteux. Que les majorit√©s d√©partementales et r√©gionales appliquent leurs programmes, quoi de plus normal ! Mais il faut qu’elles en assument les cons√©quences, y compris fiscales.

Et si l’inflation, mesur√©e par l’INSEE reste √† un niveau relativement bas, il y a en effet un certain nombre de postes de d√©penses qui, objectivement, p√®sent de plus en plus lourdement sur les budget des m√©nages. La fiscalit√© locale fait partie de ceux-ci. Si vous trouvez que votre « panier de la m√©nag√®re » est de moins en moins rempli, vous pouvez pointer les co√Ľts des logements, de l’essence, mais n’oubliez pas, √©galement, de remercier MM. Le Drian, Maille et Cuillandre qui vous ponctionnent tous les ans davantage !

C’est pour cela que cette ann√©e encore, et conform√©ment aux engagement pris lors des √©lections municipales de 2001, nous n’avons pas augment√© les taux des taxes communales. Plouzan√© n’est pas une commune riche. Nos ressources fiscales sont tr√®s nettement inf√©rieures √† celles d’autres communes de m√™me importance. Nous pourrions nous abriter derri√®re cet argument pour augmenter massivement nos pr√©l√®vements : nous ne le ferons pas. A l’heure ou la croissance tarde √† red√©marrer, il nous semble n√©cessaire que les collectivit√©s ne viennent pas rogner le pouvoir d’achat des m√©nages.


1 commentaire
Infos
Sites ŗ visiter


AccŤs ŗ l'Espace privé
Copyright © 2007 Yves PagŤs - SPIP - statistiques gťrťes par