13 mai 2006: A propos des abattages d’arbres sur la commune

Depuis le transfert des personnels espaces verts à B.M.O. au 1er janvier 2005, la commune de Plouzané n’a plus aucune responsabilité en ce qui concerne la gestion des espaces verts et la politique de l’arbre. Les travaux d’élagage sont désormais effectués par une équipe spécifique de la communauté urbaine, dédiée uniquement à ce type de travail sur l’ensemble du territoire de la CUB.

Afin de limiter la charge de travail de cette Ă©quipe, les responsables du service Espaces verts de B.M.O. ont dĂ©cidĂ© d’appliquer des critères prĂ©cis pour la gestion des arbres compte tenu de l’étendue du territoire Ă  traiter :

1) si les arbres sont situĂ©s trop près d’une limite de propriĂ©tĂ©, et si les riverains demandent un Ă©lagage, ils sont abattus ; ceci afin d’éviter de gĂ©nĂ©rer des interventions trop rĂ©pĂ©titives sur un mĂŞme secteur.

2) si les arbres sont situés à une distance suffisante des limites de propriété, et dans la mesure où ils ne présentent pas de risques sanitaires, la croissance naturelle de l’arbre est respectée.

Le principe général consiste à conserver les arbres dans la mesure où il est possible de les voir atteindre leur taille adulte naturelle, sans intervention traumatisante pour le végétal.

Dans le cas de l’allée de l’Irlande, qui a suscité une certaine émotions ces dernières semaines, il s’agissait d’aulnes qui avaient été plantés pour certains d’eux à proximité immédiate d’une limite de propriété et qui avaient atteints une hauteur de 8 mètres environ. Ils étaient très pénalisants pour l’ensoleillement de la parcelle concernée, et les riverains avaient réclamé leur élagage.

Pour apporter toutes ces explications Ă  l’association « Paysage pour PlouzanĂ© », une rĂ©union est programmĂ©e avec le service Espaces verts de B.M.O.

Par ailleurs, le Maire lui-même en tant que Vice-président de B.M.O. a en charge les grands équipements d’agglomération et donc, contrairement à ce qu’affirment les Verts de Plouzané, n’a aucune responsabilité dans la gestion des espaces verts.

Il constate cependant qu’aujourd’hui ce transfert des espaces verts à BMO, auquel il était opposé, génère des difficultés que l’on ne rencontrait pas auparavant, lorsque la gestion de l’arbre était communale, et donc plus proche des citoyens et de leurs attentes

Infos
Sites ŕ visiter


Accčs ŕ l'Espace privé
Copyright © 2007 Yves Pagčs - SPIP - statistiques gérées par